Archives de catégorie : chanson

chronique des croisières 40

Dans ce 40ème épisode de la chronique des croisières deux nouvelles voix, celle de Sébastien, en italien, et celle d’Aziz qui dit un poème d’Abdelatif Laâbi, en arabe, un poème d’amour. Mélina lit des fragments de Marilyn Monroe, Nourdine nous parle de l’espoir et Laurent du désespoir. Fatima est là pour nous dire que rien n’est perdu. Patrice s’adresse au premier ministre dans une lettre où il est question de tracteurs, de Vladimir Poutine et d’armes bactériologiques. Frédéric chante les anges qui aiment la musique. Marine lit un texte à propos de l’Amour fou de Jacques Rivette. Muriel aime Janis Joplin depuis ses 17 ans, Nicolas Philibert était venu la filmer chez elle écoutant ce disque, elle ne sait pas si ce sera dans le film… De l’amour et de l’espoir encore avec David qui nous parle de sa famille. Rachel lit « À la fenêtre » de Robert Walser. Avec Adamo qui chante Ensemble, Narcisso Yepes à la guitare et Guillaume au ukulélé, Mélina à l’orgue (et Jérôme aussi). Comme d’habitude, rien n’était prévu …nous ne savions pas où nous allions et pourtant nous sommes arrivés à bon port.

langues et voix étrangères

1ère partie

Un lundi après-midi qui était consacré aux langues et aux voix étrangères. Nous étions très nombreux, raison pour laquelle l’émission est écoutable en deux parties. Dans cette première partie, vous pourrez entendre parler portugais, russe, hébreu, anglais, allemand, italien, ukrainien, alsacien et argentin avec Victor, Ivan, Rachel, Hanna, Mélina, Victor (ce n’est pas le même!), Marine, Frédéric, Amir, Alexandre, Carole, Marie Lyne et Sébastien. De la littérature avec Pessoa, Mikhaïl Lermontov, Emily Dickinson, la Bible, Rainer Maria Rilke, Cristina Campo, Taras Chevtchenko, Antoine de Saint Exupéry et une carte postale.

2nde partie

Dans la deuxième partie, vous entendrez parler français, arabe, grec, ewondo, lettriste, flamand, un air presque sioux, allemand, yaourt brassé avec Patrice, Nourdine, Alain, Philippe, Lida, Linda, Camille (deux fois), François, Céline, Giséle et Maya. De la chanson donc mais pas que. Des poèmes de Paul van Ostaijen, Odysséas Elytis, Paul Celan, des phonèmes et Ahmed Wahbi. Et puis on entend beaucoup d’autres choses….

chronique des croisières 39

dessin : NOURDINE

Une chronique des croisières placée sous le signe de l’éternel retour de la madeleine de la recherche du temps perdu avec la reprise de Frédéric qui a lu l’Ève future, la famille selon Patrice qui n’aime pas Proust, un poème comme seule Mélina en a le secret, un souvenir d’enfance de Jérôme, fidèle auditeur de notre mixture, le regard de Nourdine qui se demande jusqu’où peut-on aller par amour, on chante encore et Falstaff déraille, il y a Gladys, on nous dit « Veiller sur elle », retour de Balbec et son festival du cinéma romantique, le duo Deux,Alain et son médecin post punk des Basic Shapes, la Mouette de Carole , le crayon de Mohend qui court sur la table, une vague qui revient, une liste des sons qui n’existent pas, Sexy Sushi qui chante Rachida, Picasso est là et David s’intéresse aux rites chamaniques. Tout passe et repasse.

chronique des croisières 35

Tout part d’un 45 tours. Pas vraiment une croisière mais une aventure avec des nazis, des indiens d’Amazonie, un archéologue qui porte le nom du chien de son père, une amoureuse aux confins du Népal. Cet homme a un fouet, fouet qui a peut-être appartenu à Zorro, cet homme est sans doute une copie de Tintin voire un alter ego de L’homme de Rio. Nourdine parle du film « Il y a longtemps que je t’aime », un film qu’il nous raconte « dans les sens inverse », un film où il est question de l’euthanasie. Il faut avoir le coeur bien accroché à la radio. Margot est là avec une magnifique chanson, Céline a pensé à nous et envoyé un texte. Stéphane de radio Fréquence Paris Plurielle nous a rendu visite. On entend Elvis au loin, ça vient d’Hawaï via satellite. Le Pacifique dont nous parlerons très bientôt avec des sons de Tahiti et de la Nouvelle Calédonie. Aloha!

chronique des croisières 33

dessin : Mohend

Dans cette 33ème chronique des croisières, Nourdine raconte sa vision du film « Les oiseaux » d’Alfred Hitchcock et Laurent survole à la vitesse d’un inséparable le Temps, d’Aristote jusqu’à Bergson en passant par Nietzsche avant de se lancer dans une chanson dont lui seul a le secret. Faut-il entendre armagnac ou art maniaque comme le suggère Frédéric? À vous de voir. Patrice, lui, se ballade dans le musée Rodin. Fatima aimerait qu’on parle de la voix. Une voix, c’est d’abord celle d’Alex aujourd’hui, commandant de bord de cette chronique accompagné par Margot à l’orgue. Et puis une nouvelle voix, celle de Camille qui nous fait entendre celle du poète Ghédalia Tazartès avec « le discours ».

chronique des croisières 32

Ça commence avec Rakham, un être maléfique et tentateur, un poème de Laurent, ça se poursuit avec Mélina et une histoire de fleur piquante accompagnée par un air de Qanûn de Hend Zouri. On fait un bond vers la Biélorussie et le Tchad avec Victoria. Nouredine nous raconte sa version de « l’amour en fuite », un film de Foucault, non , de Truffaut, un film avec un écrivain, un monde où l’imaginaire « est semé » de réel. George Lewis, clarinettiste de la Nouvelle Orléans fait une apparition avec son orchestre. Et voilà Margot qui rêve de devenir psychiatre, on parle de l’école, la sienne, la pédagogie Steiner. C’est là qu’arrive Andy dis moi oui et puis Tanguy avec « les choses humaines », un film d’Yvan Attal. Victoria revient et chante. Last but not least, Fatima s’adresse à Natacha à qui elle dédie cette chronique avec Patrice.

chronique des croisières 31

Une 31ème chronique des croisières très musicale avec Mamadi qui nous livre ici 2 interprétations et Rachel qui chante un poème de Laurent, tout ça dans l’improvisation la plus totale, chapeau à eux deux! Marie nous fait découvrir Alice Munro et nous nous demandons si nous perdons un ami quand nous terminons un livre ou bien au contraire si nous en gagnons un , d’ami. À vous de choisir… Un rêve de 1997, des nouvelles du collectif qui tente d’organiser une alternative au nouveau projet architectural de l’hôpital. Nous étions le 02 octobre (oui je sais on est retard!) et Mamadi tenait à nous dire que cette date était celle qui marquait la création de l’état de Guinée en 1958 et qu’en 1947 son arrière grand-père avait invité Ben Gourion et Golda Meir à trouver refuge « dans son royaume », le Fouta-Djalon… Nous sommes en retard mais Mamadi était en avance.

De la musique avec trois 45T, un disque « Poulain » (!!!) avec du tango et un paso doble, un souvenir du Portugal et un fado mais aussi Arthur Smith et son fameux Guitar Boogie! Une chronique menée grand train par Jérôme.

merci à Marie, Mamadi et Jérôme pour l’aide au montage.

chronique des croisières 30

Une chronique des croisières spéciale « Plantes » avec Daniel qui nous raconte son amour des plantes et son travail de jardinier à Paris. Daniel prend soin quotidiennement des plantes de l’Adamant, il ne supporte pas qu’on puisse les maltraiter, ça le rend triste, ça peut le mettre en colère, « les mémés » du square Blomet s’en souviennent peut-être encore… Daniel aurait pu être le monsieur Moustache de « TIstou et les pouces verts » dont Marie nous donne un aperçu, le tout en musique avec des chants d’oiseaux et Jean Sablon, dans la vie faut pas s’en faire!

spéciale dédicace à Fatima, Mireille et Alain.

chronique des croisières 29


Nous discutions de l’amitié la semaine dernière grâce à Muriel et de l’impact de la parole sur l’invitation de Rachel. Cette fois-ci c’est de l’enfance dont il sera question, de l’enfance et du bonheur avec Marie qui nous parle de « Cousus ensemble » de Pierre Bergounioux. Tanguy nous livrera sa critique du film « Les leçons persanes ». Gaël lit un poème magnifique de Laurent, l’histoire d’une bête traquée…. Mélina nous accompagne au xylophone et nous dit qu’elle court le matin pour voir l’aurore depuis le Pont des Arts, Muriel se souvient du vent qui lui prenait le visage, de quelques carambars,. Et Alain qui lit chaque jour des phrases de philosophes comme d’autres récitent des mantras. Et Nouredine qui se souvient de visages. Patrice qui nage avec les poissons. Guillaume, lui, s’amuse d’un rien. Le tout avec Atahualpa Yupanqui. Basta Ya.

Une séance menée avec maestria par Mamadi, merci à lui!

merci également à Fabien, Jérôme et Marie pour leur écoute lors du montage